Qu'est-ce que la transmisogynie?

Cette pièce rassemble tous mes écrits post-Whipping Girl sur la transmisogynie.

Qu'est-ce que la transmisogynie?
Photo by Josh Boot / Unsplash

Source: https://juliaserano.medium.com/what-is-transmisogyny-4de92002caf6

Autrice: Julia Serano

Traducteurice: Maddykitty

Publié initialement: 25 mai 2021


Mon livre de 2007, Whipping Girl, est majoritairement connu pour deux choses : il a popularisé la terminologie "cis" (que je n'ai pas inventée) et a introduit le concept de “transmisogynie” (que j'ai inventé, bien qu'avec un trait d'union). Dans les années qui ont suivi, de nombreuses personnes ont adopté ces termes, les utilisant d'une manière que je n'avais pas prévue. Ce qui est parfaitement bien, car le langage est en constante évolution, et je ne suis pas la “gardienne” de ces mots. Cependant, il y a des moments où d'autres m'ont critiqué pour des utilisations de ces termes que je n'ai jamais transmises moi-même !

Donc, dans le but de clarifier mes intentions initiales et partager mes réflexions sur ces nouvelles itérations, j'ai revisité ces termes de temps en temps. Tous mes essais revisitant la terminologie cis sont accessibles via ce lien. Cette pièce rassemble tous mes écrits post-Whipping Girl sur la transmisogynie.

L'argument de base que j'ai avancé dans Whipping Girl est à peu près celui-ci : ce que les féministes ont longtemps appelé « sexisme » consiste en fait en deux forces. Il y a le « sexisme traditionnel », qui est l'idée que l'appartenance au genre féminin et la féminité sont inférieures ou moins légitimes que l'appartenance au genre masculin et la masculinité. Mais afin de maintenir cette hiérarchie, il doit également y avoir un moyen de décourager les gens de brouiller ou de traverser ces distinctions. J'ai appelé cette force “sexisme oppositionnel” et je l'ai définie comme "la croyance que les hommes et les femmes sont des catégories rigides et mutuellement exclusives, chacune possédant un ensemble d’attributs, d’aptitudes, de capacités et de désirs spécifiques.". En d'autres termes, la transphobie (ainsi que l'homophobie) découle du sexisme oppositionnel.

Si toutes les personnes trans subissent un sexisme oppositionnel sous la forme de la transphobie, celles d'entre nous sur les spectres transféminins font face à un examen plus approfondi en raison de la direction spécifique de nos transgressions de genre — c'est-à-dire vers le genre féminin et/ou la féminité, qui sont toutes deux délégitimés en raison du sexisme traditionnel. J'ai appelé cette intersection particulière du sexisme oppositionnel et traditionnel « transmisogynie » et, au cours de Whipping Girl, je donne de nombreux exemples spécifiques de la façon dont elle se joue dans nos vies, en particulier en ce qui concerne les stéréotypes courants, les représentations médiatiques, les théories psychopathologisantes et la sexualisation. Certains de ces points sont également abordés dans les pièces rassemblées ci-dessous.

J'écris ceci maintenant en partie car j'ai vu le terme de plus en plus débattu en ligne ces derniers temps. Ces débats sont souvent centrés sur les termes plus récents TMA (transmisogynie affectée) et TME (transmisogynie exemptée), que je n'ai pas inventés. Je n'ai aucune objection à ces termes en soi — ils semblent être des moyens potentiellement utiles non-binaires et non-identitaires de discuter du phénomène. N'étant pas familière avec ce qui peut être dit ou prétendu sous cette nouvelle rubrique, il peut donc y avoir des points de désaccord. Je sais que certains de ces débats portent sur qui est précisément touché par la transmisogynie et qui ne l'est pas — je partage certaines de mes réflexions sur ces questions dans les articles de suivi énumérés ci-dessous (en particulier les deux premiers).

L'entrée SAGE Encyclopedia of Trans Studies pour « Transmisogynie » [lien PDF] : Ici, je décris le concept de transmisogynie tel que je l'ai transmis dans Whipping Girl, suivi d'une brève discussion sur les interprétations et critiques du terme. C'est une revue concise — car il y avait un nombre de mots strict et des limitations de références — mais j'y aborde la plupart des points principaux. Pour mémoire : 1) Je n'étais pas au courant de TMA/TME quand j'ai écrit ceci en 2019, donc ils ne sont pas mentionnés, 2) Transmisogynoir a sa propre entrée d'encyclopédie, c'est pourquoi il n'est que brièvement mentionné vers la fin, 3) les règles de style de l'éditeur m'ont obligé à me référer à moi-même à la troisième personne (ce qui est toujours étrange).

Articulation de la trans-misogynie [Lien PDF] : Dans mon livre de 2016, Outspoken : A Decade of Transgender Activism and Trans Feminism, est présente une section entière sur « articuler la trans-misogynie ». Elle comprend des essais auparavant difficiles à trouver et inédits, dont deux chapitres écrits pour Whipping Girl qui n'étaient pas inclus dans le livre final. Le lien ci-dessus vous amènera à l'introduction de cette section, dans laquelle je décris comment le livre est né. Aux pages 70-71, je discute spécifiquement de l'invention du concept de « trans-misogynie », de ce que j'espérais transmettre avec, à qui il s'applique et pourquoi, et des abus potentiels du terme.

Trans-Misogyny Primer [lien PDF] : Il s'agit d'une brochure que j'ai créée pour une table ronde de la conférence de 2009 à laquelle j'ai participé. C'est donc court, et une partie du langage est un peu datée. Elle a ensuite été republiée dans Outspoken et dans l'anthologie Trans Bodies, Trans Selves.

Excluded: Making Feminist and Queer Movements More Inclusive était mon deuxième livre, publié en 2013. Dans le chapitre « Reclaiming Femininity », je discute de la transmisogynie (en particulier pp. 49-53). Bien qu'une grande partie de celui-ci réitère des points que j'ai déjà soulevés dans Whipping Girl, j'inclus deux nouvelles anecdotes qui, à mon avis, illustrent particulièrement le phénomène et son intersection avec le sentiment anti-féminin. Voici ces passages particuliers :

J'ai constaté que de nombreuses personnes qui n'ont pas eu d'expérience féminine trans ont souvent du mal à comprendre le concept de trans-misogynie, je vais donc proposer les deux anecdotes suivantes pour aider à illustrer ce que j'entends par ce terme. Une fois, il y a environ deux ans, je marchais dans la rue à San Francisco, et une femme trans se trouvait juste devant moi. Elle était habillée de façon féminine, mais pas plus féminine qu'une femme cis typique. Deux personnes, un homme et une femme, étaient assis sur le pas de la porte, et alors que la femme trans passait, l'homme s'est tourné vers la femme à côté de laquelle il était assis et a dit : « Regarde toute la merde qu'il porte », et la femme a montré son accord avec un hochement de tête. On peut supposer que le mot « merde » était une référence à la féminité – en particulier, les vêtements et les cosmétiques féminins que la femme trans portait. J'ai trouvé ce commentaire particulièrement révélateur. Après tout, alors que les femmes cis reçoivent souvent des commentaires de harcèlement de la part d'hommes inconnus dans la rue, il est plutôt rare que ces hommes adressent ces remarques à une connaissance féminine et qu'elle approuve apparemment leurs remarques. De plus, si ce même homme avait harcelé une femme cis, il est peu probable qu'il le fasse en qualifiant ses vêtements féminins et son maquillage de « merde ». De même, une personne faisant partie du spectre transmasculin pourrait être potentiellement harcelée, mais il est peu probable que ses vêtements masculins soient qualifiés de « merde ». Ainsi, la trans-misogynie est à la fois façonnée, mais distincte de la transphobie et de la misogynie, en ce sens qu'elle cible spécifiquement les expressions transgenres de genre féminin et de la féminité.

Le deuxième exemple de trans-misogynie que j'aimerais partager s'est produit lors d'une conférence de l'Association for Women in Psychology à laquelle j'ai assisté en 2007 (pour ceux qui ne connaissent pas cette organisation, il s'agit essentiellement d'une conférence de psychologie féministe). Une psychologue a fait une présentation sur la manière dont le féminisme a influencé son approche de la thérapie. Au cours de son discours, elle a discuté de deux de ses patients transgenres, l'un sur le spectre transmasculin, l'autre sur le spectre transféminin. Leurs histoires étaient très similaires en ce sens que les deux avaient commencé un processus de transition physique mais avaient des doutes à ce sujet. Tout d'abord, la thérapeute a discuté de la personne trans masculine, dont elle a simplement décrit la présentation de genre comme étant « très butch ». Elle a discuté des expressions et des problèmes transgenres de cette personne de manière respectueuse et sérieuse, et le public a écouté attentivement. Cependant, lorsqu'elle a porté son attention sur la patiente femme trans, elle a entamé une description très graphique et animée de l'apparence de celle-ci, détaillant comment ses cheveux étaient coiffés, le type de tenue et de chaussures qu'elle portait, la façon dont elle se maquillait, et ainsi de suite. Cette description a suscité beaucoup de rires de la part du public, ce que j'ai trouvé particulièrement troublant étant donné qu'il s'agissait d'une conférence explicitement féministe. De toute évidence, si un psychologue de sexe masculin donnait une conférence lors de cette réunion dans laquelle il entrait dans des détails aussi explicites sur ce que portait l'une de ses clientes cis, la plupart de ces mêmes membres de l'auditoire, ainsi que le présentateur, seraient sûrement (et à juste titre) consternés et considéreraient de telles remarques comme une objectivation flagrante. En fait, dans les deux incidents que j'ai décrits, les commentaires qui seraient généralement considérés comme extraordinairement misogynes s'ils visaient les femmes cis ne sont pas considérés comme hors de propos lorsqu'ils s'adressent aux femmes trans.

Comme le démontrent ces deux anecdotes, les expressions de trans-misogynie ne se concentrent pas uniquement sur les identités de genre féminines des femmes trans, mais le plus souvent, elles ciblent spécifiquement leur expression de genre féminine. La transmisogynie est motivée par le fait que dans notre culture, les apparences féminines sont jugées ouvertement et régulièrement par la société que les apparences masculines. Elle est également motivée par le fait que des connotations telles que « artificiel », « fabriqué » et « frivole » sont pratiquement intégrées dans notre compréhension culturelle de la féminité – ces mêmes connotations permettent à la masculinité de se présenter invariablement comme « naturelle », « sincère, » et « pratique » en comparaison.

Une note finale sur Whipping Girl, « la science pathologique » et les enfants en non-conformité de genre : bien que les écrits susmentionnés abordent de nombreux aspects de la transmisogynie, il y a deux sous-sujets spécifiques dont je discute longuement dans Whipping Girl, mais que je n'ai pas beaucoup explorés depuis. Le premier concerne la façon dont la transmisogynie a conduit à une pathologisation des personnes trans du spectre transféminin à un degré bien plus élevé que nos homologues transmasculins. La plupart de ces preuves et analyses se trouvent dans le chapitre 7 : « Science pathologique » — en particulier la section « Sexisme traditionnel et effémimanie » (pp. 126-139). [note : « effémimanie » est le terme que j'emploie pour désigner la façon dont les psychologues et les sexologues étaient historiquement obsédés par toutes les formes de ce qu'ils considéraient comme la « féminité masculine ».] Le deuxième sous-sujet est de savoir comment les enfants en non-conformité de genre (GNC) qui sont vus comme « les garçons féminins » sont perçus beaucoup plus négativement que ceux vus comme des « filles masculines ». J'en discute à la fois dans la section précédente « science pathologique », mais aussi dans le chapitre 17 — en particulier la section « Effémimanie et expression féminine » (p. 285-289). Dans cette dernière section, je me suis inspirée d'une étude d'Emily Kane (citée en entier ci-dessous) et du livre de Stephen J. Ducat, The Wimp Factor: Gender Gaps, Holy Wars, and the Politics of Anxious Masculinity. Au cours des années qui ont suivi, j'ai compilé quelques autres études de recherche démontrant que les enfants GNC féminins sont perçus plus négativement que leurs homologues masculins GNC, alors j'ai pensé que je les partagerais avec mes lecteurices :

En conclusion, j'espère que les pièces que j'ai partagées ici aideront à clarifier ma conceptualisation originale de la transmisogynie. Je serai la premier à reconnaître que tous les concepts militants ont des limites, et peuvent ne pas être en mesure de rendre compte, voire d'obscurcir, d'autres manifestations de marginalisation. C'est, en fait, le thème majeur de mon livre Excluded.

Plusieurs choses peuvent être vraies à la fois. La transmisogynie peut être un terme essentiel pour certaines d'entre nous, afin de communiquer l'intersection de la transphobie et de la misogynie à laquelle nous sommes confrontés. Mais d'autres peuvent l'éprouver de manière plus compliquée ou plus sévère, comme dans le cas de la transmisogynoir. Et pour d'autres (par exemple, certaines personnes non-binaires, les personnes transmasculines), la misogynie peut recouper la transphobie de différentes manières qui ne sont pas correctement articulées par la transmisogynie. Cela ne rend pas nécessairement la transmisogynie « fausse » ; cela peut simplement signifier que nous avons besoin de nouveaux éléments de langage.