Anarchisme et Révolution Noire - Chapitre I

Cet opuscule a pour but de discuter brièvement de la nature de l'anarchisme et de sa pertinence pour le mouvement de libération des Noirs.

Anarchisme et Révolution Noire - Chapitre I

Auteur: Lorenzo Kom'boa Ervin

Traducteurice: Alba June

[Ndlt : Il s'agit du premier chapitre du texte de Lorenzo Kom'boa Ervin, au vu de sa longueur, il a été jugé préférable de le séparer en plusieurs sous-parties.]

Chapitre I : Une analyse de la suprématie blanche

Cet opuscule a pour but de discuter brièvement de la nature de l'anarchisme et de sa pertinence pour le mouvement de libération des Noirs. Parce qu'il y a tant de mensonges et de distorsions concernant ce que représente vraiment l'anarchisme, par ses adversaires idéologiques de gauche comme de droite, qu’il apparait nécessaire de discuter des nombreux mythes populaires à son sujet. Cela en soi mériterait un livre, mais ce n'est pas l'intention de cet opuscule, qui est simplement d'introduire le mouvement noir aux idéaux anarchistes révolutionnaires. Il appartient au lecteur de déterminer si ces nouvelles idées sont valables et méritent d'être adoptées.

Comment les capitalistes utilisent le racisme.

Le sort de la classe ouvrière blanche a toujours été lié à la condition des travailleurs noirs. D’aussi loin que la période coloniale américaine lorsque la main-d'œuvre noire a été importée pour la première fois en Amérique, les esclaves noirs et les serviteurs sous contrat ont été opprimés au même titre que les Blancs des classes inférieures. Mais lorsque les serviteurs européens sous contrat se sont joints aux Noirs pour se rebeller contre leur sort à la fin des années 1600, la classe possédante a décidé de les «libérer» en leur donnant un statut spécial de «Blancs» et donc une part de privilège dans le système d'oppression.

Des incitations matérielles, ainsi qu’un statut social nouvellement élevé ont été utilisés pour assurer l'allégeance de ces classes inférieures. Cette invention de la «race blanche» et de l'esclavage racial des Africains allaient de pair, et c'est ainsi que les classes supérieures ont maintenu l'ordre pendant la période de l'esclavage. Même les Blancs pauvres aspiraient à mieux, leur mobilité sociale étant assurée par le nouveau système. Cette mobilité sociale, cependant, se fit sur le dos des esclaves africains, qui étaient surexploités.

Mais les dés avaient été jetés pour la mise en place d’une forme de travail à deux niveaux, exploitant la main-d'œuvre africaine, mais aussi piégeant la main-d'œuvre blanche. Lorsqu'ils cherchaient à organiser des syndicats ou à obtenir des salaires plus élevés dans le Nord ou le Sud, les ouvriers blancs étaient violemment réprimés par les riches, qui utilisaient la main-d'œuvre noire asservie comme principal mode de production. Le travail soi-disant «gratuit» du travailleur blanc n'avait aucune chance.

Bien que les capitalistes aient utilisé à leur escient le système du privilège de la peau blanche pour diviser la classe ouvrière, la vérité est que les capitalistes ne favorisaient les travailleurs blancs que pour pouvoir les utiliser contre leurs propres intérêts, pas parce qu'il y avait une véritable unité de classe «blanche». Les capitalistes ne voulaient pas que les travailleurs blancs s'unissent aux noirs contre leur domination et le système d'exploitation du travail. L'invention de la «race blanche» était une arnaque pour faciliter cette exploitation. Les travailleurs blancs ont été achetés pour permettre leur propre esclavage salarié et la surexploitation des Africains; ils ont conclu un accord avec le diable, ce qui a entravé tous les efforts d'unité de classe au cours des quatre derniers siècles.

L'assujettissement continu des masses dépend de la concurrence et de la désunion interne. Tant que la discrimination existe et que les minorités raciales ou ethniques sont opprimées, toute la classe ouvrière est opprimée et affaiblie. Il en est ainsi parce que la classe capitaliste est capable d'utiliser le racisme pour faire baisser les salaires de segments individuels de la classe ouvrière en incitant à l'antagonisme racial et en forçant une lutte pour les emplois et les services. Cette division est une évolution qui, en fin de compte, sape le niveau de vie de tous les travailleurs. De plus, en opposant les Blancs aux Noirs et aux autres nationalités opprimées, la classe capitaliste est en mesure d'empêcher les travailleurs de s'unir contre leur ennemi de classe commun. Tant que les travailleurs se combattent, le pouvoir de la classe capitaliste est assuré.

Si une résistance efficace doit être montée contre l'offensive raciste actuelle de la classe capitaliste, la plus grande solidarité entre les travailleurs de toutes les races est essentielle La façon de vaincre la stratégie capitaliste est pour les travailleurs blancs de défendre les droits démocratiques gagnés par les Noirs et d'autres peuples opprimés après des décennies de lutte acharnée, et de lutter pour démanteler le système du privilège de la peau blanche. Les travailleurs blancs devraient soutenir et adopter les revendications concrètes du mouvement noir et devraient travailler à l'abolition complète de l'identité blanche. Ces travailleurs blancs devraient lutter pour l'unité multiculturelle et devraient travailler avec les militants noirs pour construire un mouvement antiraciste pour défier la suprématie blanche. Cependant, il est également très important de reconnaître le droit du mouvement noir de prendre une route indépendante dans son propre intérêt. C'est ce que signifie l'autodétermination.

Race et classe : le caractère combiné de l’oppression raciale

En raison de l’histoire du développement de cette nation avec l'exploitation de la main-d'œuvre africaine et le maintien d'une colonisation à l’intérieur même, les Noirs et autres peuples non-blancs sont opprimés à la fois en tant que membres de la classe ouvrière et en tant que non-blancs. En tant qu'Africains d'Amérique, ils forment un peuple distinct, traqué et ségrégué dans la société américaine. En luttant pour leurs droits humains et civils, ils finissent par être confrontés à l'ensemble du système capitaliste, et pas seulement à des racistes individuels ou à des régions du pays. La vérité devient vite évidente: les Noirs ne peuvent obtenir leur liberté dans ce système parce que, sur la base d'une concurrence historiquement inégale, l'exploitation capitaliste est intrinsèquement raciste.

À ce stade, le mouvement peut aller dans la direction d'un changement social révolutionnaire, ou se limiter à des réformes et à des droits démocratiques au sein de la structure du capitalisme. Le potentiel est là pour l'un ou l'autre. En fait, la faiblesse du mouvement des droits civiques des années 1960 était qu'il s'est allié aux libéraux du Parti démocrate et a opté pour une législation protectrice des droits civils, au lieu de pousser à la révolution sociale. Ce contrôle par les dirigeants du mouvement est une leçon abjecte sur les raisons pour lesquelles le nouveau mouvement doit s'auto-réguler et ne pas dépendre de personnalités et de politiciens.

Mais si un tel mouvement devient un mouvement révolutionnaire social, il doit en fin de compte unir ses forces à des mouvements similaires tels que le mouvement LGBTI, les mouvements féministes, des travailleurs radicaux et d'autres qui sont en révolte contre le système. Par exemple, à la fin des années 1960, le mouvement de libération des Noirs a agi comme un catalyseur pour répandre des idées et des images révolutionnaires, ce qui a donné naissance aux divers mouvements d'opposition que nous voyons aujourd'hui. C'est ce que nous pensons qu’il se produire à nouveau, même s'il ne suffit pas d'appeler à une «unité» sans esprit comme le fait une grande partie de la gauche blanche.

En raison de la dualité de l’oppression des travailleurs non blancs et de la profondeur du désespoir social qu'elle crée, les travailleurs noirs vont frapper en premier, que leurs alliés potentiels soient disponibles pour le faire ou non. C'est le but de l’autodétermination et c'est pourquoi il est nécessaire que les travailleurs opprimés construisent des mouvements indépendants pour unir d'abord leurs propres peuples. C'est pourquoi il est absolument nécessaire que les travailleurs blancs défendent les droits démocratiques et les acquis des travailleurs non blancs. Cette autodétermination des masses opprimées (comme le mouvement de libération noire) est intrinsèquement révolutionnaire et constitue une partie essentielle du processus de révolution sociale de l'ensemble de la classe ouvrière. Ce ne sont pas des problèmes marginaux; elle ne peut pas être déclassée ou ignorée par les travailleurs blancs si une victoire révolutionnaire doit être remportée. Elle doit être reconnue comme un principe cardinal par tous, les peuples opprimés ont le droit à l’autodétermination, y compris le droit de diriger leurs propres organisations et leur lutte de libération. Les victimes du racisme savent le mieux comment le combattre.

Alors quel type de mouvement anti-raciste est nécessaire ?

Le mouvement noir a besoin d'alliés dans sa bataille contre la classe capitaliste raciste - pas le soutien «radical» libéral ou bidon habituel, mais un véritable soutien et une solidarité de la classe ouvrière révolutionnaire, autrement appelé «aide mutuelle» par les anarchistes. La base d'une telle unité doit cependant être fondée sur des principes et être basée sur l'intérêt de classe, plutôt que sur le «déclenchement de la culpabilité» libéral, le «bien-être» ou l'opportunisme et la manipulation par des partis politiques libéraux ou radicaux. Les besoins des personnes opprimées doivent être la considération la plus importante, mais cela nécessite un véritable soutien, pas une fausse rhétorique ou une rhétorique de gauche.

Le mouvement anarchiste, qui est massivement blanc, doit commencer à comprendre qu'il doit faire du travail de propagande parmi les Noirs et les autres communautés opprimées, et il doit permettre aux anarchistes non blancs de s'organiser dans leurs communautés en leur fournissant des informations techniques, des ressources (impression de zines, production de cassettes vidéo et audio, etc.) et une aide financière.

L'une des raisons pour lesquelles il y a si peu d'anarchistes noirs est que le mouvement ne fournit aucun moyen d'atteindre les personnes de couleur, de les gagner à l'anarchisme et de les aider à s'organiser. Cela doit changer si nous voulons que la révolution sociale ait lieu en Amérique, et si nous voulons que l'anarchisme nord-américain soit plus que le mouvement des «droits des blancs».
Le type d'organisation nécessaire doit être une organisation de «masse» travaillant à unir tous les travailleurs dans une lutte de classe commune, mais doit être capable de reconnaître le devoir de soutenir et d'adopter les revendications particulières des Noirs et des autres peuples non blancs comme celles des toute la classe ouvrière. Elle doit défier la suprématie blanche au quotidien, elle doit réfuter la philosophie et la propagande racistes, et doit contrer la mobilisation et les attaques racistes, par une légitime défense armée et des combats de rue, si nécessaire. L'objectif d'un tel mouvement de masse est de gagner la classe ouvrière blanche à une position de suprématie anti-blanche et consciente de classe; d’unir toute la classe ouvrière; et pour affronter et renverser directement l'État capitaliste et ses dirigeants. La coopération et la solidarité de tous les travailleurs sont essentielles pour une révolution sociale complète, et pas seulement son secteur blanc privilégié.

Par exemple, une organisation existante comme Anti-Racist Action, si elle adopte une telle politique en tant que groupe anarchiste, devrait recevoir une priorité plus élevée de la part de notre mouvement. Chaque ville et village devrait avoir des collectifs de type ARA, et chaque fédération anarchiste existante devrait avoir des groupes de travail internes qui travaillent autour du racisme et de la brutalité policière. En fait, le type de groupe dont je parle serait une fédération elle-même afin de coordonner les luttes au niveau national et peut-être même international.

Ce serait un mouvement révolutionnaire, qui ne se contenterait pas de s'asseoir et de lire des livres, d'élire quelques politiciens noirs ou «amis des syndicats de travailleurs» au Congrès ou à la législature de l'État, d'écrire des lettres de protestation, de faire circuler des pétitions ou d'autres tactiques apprivoisées. Il prendrait les exemples sur les premiers mouvements ouvriers radicaux comme les IWW, ainsi que le mouvement des droits civiques des années 1960, pour montrer que seules des tactiques d'action directe de confrontation et de protestation militante donnent des résultats. Il prendrait également exemple sur la rébellion de Los Angeles en 1992, afin de montrer que les gens se révolteront, mais il faut qu'il y ait des alliés puissants qui font parvenir de l'aide matérielle et des informations sur la résistance, et un mouvement de masse existant pour passer à l'étape suivante et propager l'insurrection.

Les anarchistes doivent reconnaître ceci et aider à construire un groupe antiraciste militant, qui serait à la fois un groupe de soutien à la révolution noire et un centre d'organisation de masse pour unir la classe. Il est très important d'arracher l'influence massive du mouvement pour l'égalité raciale des mains de l'aile démocrate libérale de gauche de la classe dirigeante. Les libéraux de gauche peuvent parler d'un bon combat, mais tant qu'ils ne sont pas pour le renversement du capitalisme et la suppression de l'État, ils trahiront et saboteront toute la lutte contre le racisme. La stratégie des libéraux de gauche est de détourner la conscience de classe vers une conscience strictement raciale. Ils refusent de faire appel à la base des intérêts matériels de classe des classes ouvrières et moyennes américaines pour soutenir les droits des Noirs, et en conséquence permettent à la droite de capitaliser sans opposition sur le sentiment raciste latent parmi les Blancs, ainsi que sur leur insécurité économique. Le genre de mouvement dont je parle franchira la brèche et attaquera la suprématie blanche, et démantèlera les racines mêmes de ce qui unit le capitalisme. Sans le consensus blanc de masse sur la règle de l'État américain et le système du privilège de la peau blanche, le capitalisme ne pourrait pas survivre au siècle prochain !

Le mythe du racisme inversé

La «discrimination inversée» est devenue le cri de guerre de tous ces racistes qui tentent de faire reculer les acquis des droits civiques remportés par les Noirs et d'autres minorités opprimées concernant le logement, l'éducation, l'emploi et tous les aspects de la vie sociale. Les racistes pensent que ces choses ne devraient aller qu'aux hommes blancs, et que les «minorités» et les femmes les enlèvent aux hommes blancs. Des millions de travailleurs blancs, jour après jour, sont bombardés par cette propagande raciste, et cela a un fort impact. De nombreux Blancs croient à ce mensonge de discrimination contre les Blancs. Cette croyance est adoptée par de nombreux travailleurs blancs dupés, qui considèrent que la «discrimination positive» est au moins en partie responsable des problèmes économiques dont beaucoup d'entre eux souffrent aujourd'hui. De telles croyances ont propulsé Ronald Reagan à ses deux mandats de président des États-Unis. Reagan a essayé d'utiliser cette ligne de propagande raciste pour précipiter un recul des acquis des droits civiques des nationalités opprimées.

Les racistes affirment que le concept de discrimination positive suggère que la discrimination globale contre les Noirs et d'autres groupes opprimés racialement est un canular. En clair, l'idée est que l'adoption de la loi de 1964 sur les droits civils a mis fin à la discrimination contre les Noirs, les Latinos et d'autres minorités, et les femmes, et que maintenant la loi discrimine les Blancs. Les racistes disent que les minorités raciales et les femmes sont les nouveaux groupes privilégiés de la société américaine. Ils obtiennent prétendument de meilleurs emplois, des places réservées dans les universités, de meilleurs logements, des subventions gouvernementales, etc. aux dépens des travailleurs blancs. Les racistes disent que les programmes pour mettre fin à la discrimination ne sont pas seulement inutiles, mais sont en fait des tentatives des minorités pour gagner le pouvoir aux dépens des travailleurs blancs. Ils disent que les Noirs et les femmes ne veulent pas l'égalité, mais plutôt l'hégémonie sur les travailleurs blancs.

Un mouvement antiraciste anarchiste contrerait une telle propagande et l'exposerait comme une arme de la classe dirigeante. La loi sur les droits civils n'a pas provoqué d'inflation par des dépenses «excessives» pour l'aide sociale, le logement ou d'autres services sociaux. De plus, les Noirs ne font pas de discrimination à l’égard des Blancs: les Blancs ne sont pas parqués dans des ghettos; exclus ou interdits d'accéder à une profession; privés d'une éducation décente; contraints à la malnutrition et à la mort prématurée; soumis à la violence raciale et à la répression policière, contraints de subir des niveaux de chômage disproportionnés et d'autres formes d'oppression raciale. Mais pour les Noirs, l'oppression commence dès la naissance et l'enfance. Le taux de mortalité infantile est près de trois fois supérieur à celui des Blancs, et il se poursuit tout au long de leur vie. Le fait est que la «discrimination inversée» est un canular. La discrimination anti-noire n'est pas une chose du passé. C'est la réalité systématique et omniprésente aujourd'hui !

Malcolm X a souligné dans les années 1960 qu'aucune loi sur les droits civiques ne donnerait aux Noirs leur liberté, et a demandé que si les Africains d'Amérique étaient vraiment des citoyens alors pourquoi les droits civils seraient-ils nécessaires. Malcolm X a observé que les droits civils avaient été obtenus au prix de grands sacrifices et devraient donc être appliqués, mais si le gouvernement n'applique pas les lois, alors le peuple devra le faire et le mouvement devra faire pression sur les autorités gouvernementales pour qu'elles protègent les droits démocratiques. Pour unir les masses populaires derrière un mouvement anti-raciste de la classe ouvrière, les revendications pratiques suivantes - qui sont une combinaison de réformisme révolutionnaire et radical - afin de garantir les droits démocratiques, sont nécessaires :

  1. Solidarité des travailleurs noirs et blancs. Lutter contre le racisme au travail et dans la société.
  2. Pleins droits démocratiques et humains pour tous les peuples non blancs. Faire en sorte que les syndicats combattent le racisme et la discrimination.
  3. Autodéfense armée contre les attaques racistes. Construire un mouvement de masse contre le racisme et le fascisme.
  4. Contrôle communautaire de la police, remplacement des flics par une force d'autodéfense communautaire élue par les habitants. Mettre fin à la brutalité policière. Poursuite de tous les flics tueurs.
  5. De l’argent pour reconstruire les villes. Création de brigades de travaux publics pour la reconstruction des quartiers défavorisés, composées d'habitants de la communauté.
  6. Plein emploi socialement utile au salaire exigé par les syndicats pour tous les travailleurs. Mettre fin à la discrimination raciale dans les emplois, la formation et les promotions. Établir des programmes d’actions affirmatifs pour renverser les pratiques d’emploi racistes du passé.
  7. Interdire le Ku Klux Klan, les nazis et autres organisations fascistes. Poursuite de tous les racistes pour attaques contre des personnes de couleur.
  8. Admissions ouvertes gratuites à toutes les institutions d'enseignement pour tous ceux qui sont qualifiés pour y assister. Pas d'exclusion raciale dans l'enseignement supérieur.
  9. Mettre fin aux impôts des travailleurs et des pauvres. Taxer les riches et les grandes entreprises.
  10. Santé et soins médicaux complets pour toutes les personnes et communautés, sans distinction de race et de classe.
  11. Liberté pour tous les prisonniers politiques et les victimes innocentes de l'injustice raciale. Abolition des prisons. Combat contre les disparités économiques.
  12. Contrôle démocratique des syndicats  par les travailleurs uniquement en construisant un mouvement ouvrier anarcho-syndicaliste. Rendre les syndicats actifs dans les questions sociales.
  13. Arrêter le harcèlement raciste et la discrimination des travailleurs sans papiers.

Écraser la droite

«Le fascisme ne doit pas être débattu. Il doit être écrasé ... »

- Buenaventura Durruti, révolutionnaire anarchiste espagnol, 1936.

Au fur et à mesure que la société capitaliste se décompose, les gens chercheront des solutions radicales et totales à la misère à laquelle ils sont confrontés. Les nazis et le Klan font partie des rares forces politiques de droite qui offrent, ou semblent offrir, une réponse radicale aux problèmes de société actuels pour les masses blanches. Que ces solutions soient fausses importent peu aux personnes confuses et hystériques cherchant désespérément un moyen de sortir de la crise socio-économique à laquelle le monde capitaliste est confronté. Des sections de la classe moyenne, des couches aisées de la classe ouvrière blanche, des travailleurs blancs pauvres et sans emploi, tous empoisonnés par le racisme de cette société, sont des proies faciles pour les démagogues nazis et le Klan.

Les nazis, les skinheads et le Klan sont les organisations racistes / fascistes d'extrême droite aux États-Unis. Aujourd'hui, ces groupes sont petits, et de nombreux libéraux aiment minimiser la menace qu'ils représentent, voire plaider pour leurs «droits» légaux de répandre leur venin raciste. Mais ces groupes ont un énorme potentiel de croissance et pourraient devenir un mouvement de masse dans un laps de temps étonnamment court, en particulier pendant une crise économique et politique comme celle dans laquelle nous nous trouvons actuellement.

En se basant sur des forces sociales blanches aliénées, les nazis et le Klan essaient de construire un mouvement de masse qui puisse se substituer aux capitalistes au moment opportun et assumer le pouvoir d'État. Lorsque les capitalistes sentent qu'ils ont besoin d’alliés supplémentaire pour maintenir les travailleurs et les opprimés en ligne, ils se tournent vers les nazis, le Klan et des organisations de droite similaires, avec à la fois de l'argent et du soutien, en plus de renforcer la police d'État et les forces armées. Au besoin, les capitalistes les placent au pouvoir (comme ils l'ont fait en Espagne, en Allemagne et en Italie dans les années 1920 et 1930), de sorte que les fascistes écrasent les syndicats et autres organisations de la classe ouvrière; placent les Noirs, les Latinos, les Gays, les Asiatiques et les Juifs dans des camps de concentration; et transforment le reste des ouvriers en esclaves de l’État. Le fascisme est la société autoritaire ultime au pouvoir, même s'il a changé de visage en un mélange de racisme grossier et de racisme plus subtil dans l'État démocratique moderne.

Donc, en plus des nazis et du Klan, il y a d'autres forces de droite qui ont augmenté ces 15 dernières années. Cela comprend des politiciens de droite ultra-conservateurs et des prédicateurs fondamentalistes chrétiens, ainsi que la section d'extrême droite de la classe dirigeante capitaliste elle-même - des propriétaires de petites entreprises, des animateurs de talk-shows comme Rush Limbaugh, ainsi que des professeurs, des économistes, des philosophes et d'autres universitaires fournissant l'armement idéologique pour l'offensive capitaliste contre les travailleurs et les opprimés. Tous les racistes ne portent pas de draps. Ce sont les racistes «respectables», les nouveaux conservateurs de droite, bien plus dangereux que le Klan ou les nazis parce que leur politique est devenue acceptable pour une grande part des travailleurs blancs, qui à leur tour blâment les minorités raciales pour leurs problèmes.

La classe capitaliste a déjà montré sa volonté d'utiliser ce mouvement conservateur comme écran de fumée pour une attaque contre le mouvement travailliste, la lutte noire et l'ensemble de la classe ouvrière. De nombreux fonctionnaires de la ville ont été licenciés; les écoles, les hôpitaux et les autres services sociaux ont été réduits; les agences gouvernementales ont été privatisées; les aides sociales ont été réduites de façon drastique; et les budgets des gouvernements des villes et des États ont été réduits. Les banques ont même utilisé leurs pouvoirs dictatoriaux pour exiger ces coupes budgétaires, et même pour pousser au bord de la faillite des villes entières si elles ne se soumettaient pas. Cela est même arrivé à New York dans les années 1970. Ce n'est donc pas seulement un problème de pauvres et stupides rednecks cagoulés. Il s’agit de cagoulés en costumes d’affaires.

Une première étape dans l'organisation et la préparation de la classe ouvrière dans la crise économique à laquelle nous sommes confrontés est de s'attaquer directement à la menace de la droite. La législation économique répressive des politiciens conservateurs pour punir les pauvres et la classe ouvrière doit être défaite; les impôts sur les riches et les grandes entreprises doivent être augmentés, tandis que les impôts sur les travailleurs et les agriculteurs doivent être abolis. Si les politiciens ne le font pas, nous organiserons un boycott fiscal pour les forcer à le faire. Les nazis et le Klan doivent être confrontés par une action directe. Les anarchistes, la gauche et les organisations ouvrières doivent s'organiser pour défendre les travailleurs et les opprimés des agressions physiques des racistes, ainsi que tenir des manifestations de masse dans les rues lors de rassemblements fascistes. Nous devons également nous opposer aux racailles comme Operation Rescue qui utilise des tactiques fascistes violentes contre le droit des femmes à l’avortement. Cela fait partie du même champ de bataille.

Voici la situation: David Duke, l '«ex» Klansman fait désormais partie de la droite «respectable», qui recueille le soutien de la classe moyenne supérieure. Pendant ce temps, les skinheads du Klan et les Nazis progressent parmi les différentes couches sociales, principalement des travailleurs blancs pauvres et des jeunes blancs sans emploi. Tom Metzger, le chef de la Résistance aryenne blanche, a qualifié les skinheads nazis de «chemises brunes des années 90». C'est très dangereux, mais nous ne pouvons pas laisser ces gens aux nazis et au Klan incontestés. Nous devons essayer de les convaincre, ou du moins de neutraliser toute opposition active de leur part. C'est à tout le moins une tactique défensive, mais en réalité nous n'avons pas le choix, et cela fait partie de notre devoir révolutionnaire d'organiser de toute façon toute la classe ouvrière. Nous devons diriger la propagande vers ces travailleurs pour dénoncer les nazis et le Klan comme la racaille qu'ils sont, et montrer comment les travailleurs sont induits en erreur. Nous devons aussi leur permettre de lutter contre cette misère et contre le véritable ennemi : la classe capitaliste.

Mais en plus des opérations défensives de propagande, nous devons prendre des mesures offensives directes pour résister physiquement aux racistes lorsque cela est possible. Par exemple, là où l'équilibre des forces le permet, nous devons nous organiser pour chasser de force les nazis et le Klan des rues. Afin de briser leurs mouvements, nous devons organiser des actions de type commando pour attaquer leurs rassemblements, fermer leurs librairies et leurs journaux, détruire leurs salles de réunion et interrompre leurs marches. Puisque les nazis et le Klan s'organisent en menaçant et en recourant à la violence, nous devons être prêts à leur répondre physiquement, mais d'une manière mieux organisée et plus efficace. Par exemple, des porcs comme David Duke et Tom Metzger, qui ont défendu et dirigé le mouvement fasciste en Amérique, devraient être assassinés. Nous devrions infiltrer les manifestations du Klan et des nazis pour attaquer les dirigeants et les perturber, ou nous cacher à distance et leur tirer dessus avec des fusils puissants. J'ai toujours pensé que les mouvements de guérilla clandestins comme l'Armée de libération noire, Weather Underground et le Front de libération du Nouveau Monde auraient dû attaquer les mouvements fascistes et assassiner leurs dirigeants. Si nous paralysons les fascistes de cette manière, nous pouvons écraser toute la droite et commencer à écraser l'État. C'est la seule façon d'arrêter les fascistes. Mort au Klan et à tous les fascistes !

Nul autre qu'Adolf Hitler a été cité comme disant: «Une seule chose aurait pu arrêter notre mouvement. Si nos adversaires en avaient compris le principe, et dès le premier jour avaient brisé avec la plus grande brutalité le noyau de notre nouveau mouvement.» Nous devons en tenir compte.

Une autre chose que nous devons faire, et qui sépare tactiquement les anarchistes des marxistes-léninistes, est que nous utilisons nos études de l’autoritarisme pour nous aider à nous organiser contre le recrutement fasciste. Tout ce dont se soucient les «fronts unis» M-L est une approche politique stricte pour vaincre le fascisme et les empêcher d’accéder au pouvoir d’État, tout en étant en mesure d’introduire le parti communiste à la place. Ils organisent les libéraux et d'autres en coalitions de masse juste pour s'emparer du pouvoir, puis écrasent tous les opposants idéologiques radicaux et libéraux une fois qu'ils en ont fini avec les fascistes. C'est pourquoi les États «communistes» staliniens ressemblent tellement aux États policiers fascistes en refusant de permettre la pluralité idéologique - ils sont tous les deux totalitaires. D'ailleurs, quelle différence y avait-il vraiment entre Staline et Hitler ? Donc, je dis que simplement repousser physiquement les fascistes n'est pas le problème. Nous devons étudier ce qui explique la psychologie de masse du fascisme, puis la vaincre idéologiquement, en allant au cœur des croyances racistes profondes, des émotions et du conditionnement autoritaire de ces travailleurs qui soutiennent le fascisme et l'autorité de l'État policier.

Le troisième volet de notre stratégie est de s'organiser parmi les travailleurs et les autres sections opprimées de la société avec un programme qui répond à leurs besoins. Comme cela a été dit, le Klan et les nazis recrutent parmi certaines couches sociales - une majorité écrasante de jeunes blancs qui sont en proie à la crise économique. Ces personnes voient les Noirs, les Latinos, les Asiatiques, les Gays, les femmes et les mouvements radicaux comme une menace. Ils sont racistes, réactionnaires et potentiellement très violents. Craignant de perdre le peu qu'ils ont, ils achètent le mythe selon lequel les problèmes sont «ces gens» qui essaient de voler leur emploi, leur maison, leur avenir, etc., plutôt que la décadence du système capitaliste.

Tant qu'il ne semble pas y avoir d'alternative à la lutte pour un «gâteau» social en baisse, les fascistes, avec leurs «solutions» simples d'esprit, obtiendront une oreille attentive parmi les éléments dégénérés de la classe ouvrière. La seule façon de saper l'attrait de la droite est d'organiser un mouvement ouvrier libertaire qui peut se battre pour et gagner les choses dont les gens ont besoin - emplois, logement décent et écoles, soins de santé, etc. Cela peut démontrer concrètement qu'il existe une alternative aux «solutions» toxiques de la droite, et ce mouvement peut prendre de l’ampleur dans les rangs du mouvement ouvrier auprès de certaines de ces personnes pouvant être attirées par le mouvement fasciste.

Dans tous les domaines de notre organisation, nous devons mener une propagande révolutionnaire cohérente expliquant que le capitalisme est responsable du chômage, de la hausse des prix, des écoles et des logements pourris et du reste de la décadence que nous voyons autour de nous. Nous devons exposer le fait que, tandis que les nazis, le Klan et d'autres membres de la droite font des Noirs, des Gays, des Latinos et d'autres opprimés les boucs émissaires de la crise économique, leur véritable objectif est de détruire tout le mouvement ouvrier, de commettre un génocide, de déclencher un guerre opportuniste et de transformer les travailleurs en esclaves absolus de l’État. Par conséquent, ces forces fascistes sont une menace pour tous les travailleurs de toutes nationalités. Il faut expliquer qu'ils veulent utiliser les travailleurs blancs comme des pions dans leur plan de création d'une dictature fasciste, et que tous les travailleurs doivent s'unir, se battre et renverser l'État s'ils veulent être libres. Mort au Klan, mort aux nazis!

Abattre la suprématie blanche !

Le moyen même de contrôle de classe par les riches est le moins compris. La suprématie blanche est plus qu'un simple ensemble d'idées ou de préjugés. C'est une oppression nationale. Pourtant, pour la plupart des Blancs, le terme évoque des images des nazis ou du Ku Klux Klan plutôt que le système de privilèges de peau blanche qui sous-tend vraiment le système capitaliste aux États-Unis. La plupart des blancs, y compris les anarchistes, croient en substance que les Noirs sont «identiques» aux blancs, et que nous devrions simplement nous battre autour de «problèmes communs» plutôt que de traiter de «questions raciales», et cela s’ils voient une quelconque urgence à traiter la question. Certains ne soulèveront pas la question d'une manière aussi directe, ils diront que «les questions de classe devraient avoir préséance», mais cela signifie la même chose. Ils pensent qu’il est possible de reporter la lutte contre la suprématie blanche jusqu’à la fin de la révolution, alors qu’en fait, il n’y aura pas de révolution si la suprématie blanche n’est pas attaquée et vaincue en premier. Ils ne gagneront pas de révolution aux États-Unis tant qu’ils ne se battront pas pour améliorer le sort des Noirs et des opprimés qui sont privés de leurs droits démocratiques et qui sont surexploités en tant que travailleurs.

Depuis presque le tout début du mouvement socialiste nord-américain, la position naïve des économistes que ce que tous les travailleurs noirs et blancs doivent faire pour mener une révolution est de s'engager dans une «lutte (économique) commune», a été utilisée pour éviter la lutte contre la suprématie blanche. En fait, la gauche blanche a toujours adopté la position chauvine que, puisque la classe ouvrière blanche est de toute façon l'avant-garde révolutionnaire, pourquoi s'inquiéter d'un problème qui «divisera la classe» ? Historiquement, les anarchistes n'ont même pas soulevé la question de la «politique raciale», comme l'a évoqué un anarchiste la première fois que cette brochure a été publiée. C'est une esquive totale du problème.

Pourtant, c'est la bourgeoisie capitaliste qui crée l'inégalité comme moyen de diviser et de régner sur l'ensemble de la classe ouvrière. Le privilège de la peau blanche est une forme de domination du capital sur le travail blanc ainsi que sur le travail des minorités opprimées, et pas seulement des incitations matérielles pour «acheter» les travailleurs blancs et les opposer aux travailleurs noirs et aux autres travailleurs opprimés. Ceci explique l'obéissance du travailleur blanc au capitalisme et à l'État. La classe ouvrière blanche ne voit pas ses « meilleures conditions » comme faisant partie du système d'exploitation. Après des siècles d'endoctrinement politique et social, ils ont le sentiment que leur position privilégiée est juste et appropriée, et ce qui est en plus a été «mérité». Ils se sentent menacés par les gains sociaux des travailleurs non blancs, raison pour laquelle ils se sont si fermement opposés aux plans d'action positive pour faire bénéficier aux minorités des avantages dans les emplois et les embauches, et redresser ainsi des années de discrimination à leur encontre. C'est aussi pourquoi les travailleurs blancs se sont opposés à la plupart des lois sur les droits civils.

Pourtant, c'est le fonctionnement quotidien de la suprématie blanche que nous devons combattre le plus vigoureusement. Nous ne pouvons pas rester ignorants ou indifférents au fonctionnement de la race et de la classe dans ce système, de sorte que les travailleurs opprimés restent des victimes. Pendant des années, les Noirs ont été «premiers embauchés, premiers licenciés» par l'industrie capitaliste. En outre, les systèmes d'ancienneté se sont engagés dans une discrimination raciale ouverte et ne sont guère plus que des fiducies d'emploi blanches. Les Noirs ont même été chassés d'industries entières, comme les mines de charbon. Pourtant, les chefs ouvriers blancs ne se sont jamais opposés ni ne sont intervenus au nom de leurs frères de classe, et ils ne le feront pas s'ils ne sont pas mis dos au mur par les travailleurs blancs.

Comme souligné, il existe des incitations matérielles à cet opportunisme des travailleurs blancs: de meilleurs emplois, des salaires plus élevés, de meilleures conditions de vie dans les communautés blanches, etc. C'est pour cela que les travailleurs et la gauche se sont toujours battus, et non pour la solidarité de classe, ce qui nécessiterait une lutte contre la suprématie blanche. Ce style de vie est basé sur la surexploitation du secteur non blanc de la classe ouvrière du pays ainsi que de celle des pays exploités par l'impérialisme à travers le monde.

En Amérique, l'antagonisme de classe a toujours inclus la haine raciale comme un élément essentiel, mais il est structurel plutôt que simplement idéologique. Puisque toutes les institutions, la culture et le système socio-économique du capitalisme américain sont basés sur la suprématie blanche, comment alors est-il possible de vraiment combattre la domination du capital sans être obligé de vaincre la suprématie blanche ? L'économie à deux vitesses, des Blancs en haut et des Noirs en bas (même avec toutes les différences de classe parmi les Blancs), a résisté avec succès à toutes les tentatives des mouvements sociaux radicaux. Ces réformateurs réticents ont tourné autour de la question. Bien qu'ils aient remporté des réformes, dans de nombreux cas principalement pour les travailleurs blancs uniquement, ces radicaux blancs n'ont pas encore renversé le système et ouvert la voie à la révolution sociale.

La lutte contre le privilège de la peau blanche nécessite également le rejet de l'identification vicieuse des Nord-Américains comme «blancs», plutôt que comme gallois, allemands, irlandais, etc. comme leur origine nationale. Cette désignation de «race blanche» est une super-nationalité inventée et conçue pour gonfler l'importance sociale des ethnies européennes et les enrôler comme outils dans le système d'exploitation capitaliste. En Amérique du Nord, la peau blanche a toujours été synonyme de liberté et de privilèges: la liberté d’obtenir un emploi, de voyager, d’obtenir une mobilité sociale hors du statut de classe où l’on nait, et tout un monde de privilèges eurocentriques. Par conséquent, avant qu'une révolution sociale puisse avoir lieu, il doit y avoir une abolition de la catégorie sociale de la «race blanche». (À quelques exceptions près dans cet essai, je commencerai à les appeler «Nord-Américains».)

Ces personnes «blanches» doivent se livrer au suicide de classe et à la trahison raciale avant de pouvoir être véritablement acceptées comme alliées des travailleurs noirs et opprimés au niveau national; toute l'idée derrière une «race blanche» est le conformisme et les rendre complices de meurtres et d'exploitation de masse. Si les Blancs ne veulent pas être aux prises avec l'héritage historique du colonialisme, de l'esclavage et du génocide eux-mêmes, ils doivent se rebeller contre cela. Les «blancs» doivent donc dénoncer l'identité blanche et son système de privilèges, et ils doivent lutter pour se redéfinir eux-mêmes et leur relation avec les autres. Tant que la société blanche, (à travers l'État qui dit agir au nom des Blancs), continuera à opprimer et à dominer toutes les institutions de la communauté noire, la tension raciale continuera d'exister, et les Blancs continueront généralement à être considéré comme l'ennemi.

Alors, que doivent faire les Nord-Américains pour vaincre l'opportunisme racial, les privilèges de la peau blanche et d'autres formes de suprématie blanche? Ils doivent d'abord abattre les murs qui les séparent de leurs alliés non blancs. Ensuite, ils doivent mener ensemble un combat contre les inégalités sur le lieu de travail, dans les communautés et dans l'ordre social. Pourtant, ce ne sont pas seulement les droits démocratiques des peuples africains auxquels nous faisons référence lorsque nous parlons d '«oppression nationale». Si tel était le problème, alors peut-être que davantage de réformes permettraient d'obtenir l'égalité raciale et sociale. Mais non, ce n'est pas de cela dont nous parlons.

Les Noirs (ou Africains en Amérique) sont colonisés. L'Amérique est une mère patrie avec une colonie interne. Pour les Africains d'Amérique, notre situation est celle d'une oppression totale. Aucun peuple n'est vraiment libre tant qu'il ne peut pas déterminer son propre destin. Le nôtre est un statut colonial de captif et d’opprimé qui doit être renversé, pas seulement pour briser le racisme idéologique ou le déni des droits civils. En fait, ne pas défaire cette colonisation interne augmente la probabilité d'une continuation de cette oppression sous une autre forme. Nous devons détruire la dynamique sociale d'une existence très réelle de l'Amérique composée d'une nation blanche oppressive et d'une nation noire opprimée (en fait, il y a plusieurs nations captives).

Cela nécessite que le mouvement de libération des Noirs libère cette colonie, et c'est pourquoi il ne s'agit pas simplement de voir les Noirs se joindre aux anarchistes blancs pour mener le même type de bataille contre l'État. C'est aussi pourquoi les anarchistes ne peuvent pas adopter une position rigide contre toutes les formes de nationalisme noir (en particulier les groupes révolutionnaires comme le Black Panther Party), même s'il existe des différences idéologiques sur la manière dont certains d'entre eux sont formés et fonctionnent. Mais les Nord-Américains doivent soutenir les objectifs des mouvements de libération racialement opprimés et ils doivent directement contester et rejeter le privilège de la peau blanche. Il n'y a pas d'autre moyen et il y a un raccourci; la suprématie blanche est un énorme obstacle au changement social révolutionnaire en Amérique du Nord.

La Révolution noire et d'autres mouvements de libération nationale en Amérique du Nord sont des éléments indispensables de la révolution sociale globale. Les travailleurs nord-américains doivent se joindre aux Africains, aux Latino-américains et à d'autres pour rejeter l'injustice raciale, l'exploitation capitaliste et l'oppression nationale. Les travailleurs nord-américains ont certainement un rôle important à jouer pour aider ces luttes à triompher. Seule l'aide matérielle, qui peut être réunie par les travailleurs blancs pour la révolution noire, pourrait déterminer la victoire ou la défaite de cette lutte à un stade donné.

Je prends le temps d'expliquer tout cela, car de manière prévisible, certains puristes anarchistes essaieront de me convaincre qu'avoir un mouvement blanc est une bonne chose, que les Noirs et les autres minorités opprimées ont juste besoin de monter à bord du «Anarchist Good Ship» (un bateau plein d’imbéciles ?), et que tout cela n'est que «un non-sens de la libération nationale marxiste». Eh bien, nous savons qu'une partie de la raison d'un mouvement antiraciste anarchiste est de contester cette perspective chauvine au sein de notre propre mouvement. Une Fédération antiraciste anarchiste ne doit pas exister uniquement pour combattre les nazis. Nous devons remettre en question et corriger les positions racistes et doctrinaires sur la race et la classe au sein de notre mouvement. Si nous ne pouvons pas faire cela, alors nous ne pouvons pas organiser la classe ouvrière, noire ou blanche, et nous ne sommes d'aucune utilité pour personne.